Click pour dérouler


avec PRENOM ◊ NOM
avec PRENOM ◊ NOM
avec PRENOM ◊ NOM
LE TIEN ?
top site iroke hospital iroke hospital top site manga pub iroke hospital iroke hospital

les membres du mois, qui ont atteint x rp en moins de quelques semaines ! felicitation ♥

 

Partagez| .

Ichiro Shimazu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Ichiro Shimazu ••• Lun 9 Juil 2012 - 19:52


Fiche de personnage



Shimazu

Ichiro

« I’m umbreakable…no one could touch me, nothing could stop me»






Formulaire

Nom : Shimazu
Prénom : Ichiro
Age : : 18 ans
Uke/Seme : aucun des deux!
Race : chimère
Interne/Personnel : interne
Animal [only hybride] : serpent
D'autres particularités? : Il a une large cicatrice sur l’œil gauche. Il a une passion pour les armes blanches. Il peut subtiliser n’importe quoi, n’importe où. C’est un cousin de Noriaki Shimazu.


♣ Description physique ♣
« Les apparences sont souvent trompeuses »


Il mesure 1m 75, son corps entier présente une musculature fine et travaillée par de nombreuses heures d’exercices.. Ses grands yeux violets aux pupilles reptiliennes trahissent une maturité et en même temps une insolence, qui paraissent inconciliables. Il possède une peau pâle, marque de fabrique des Shimazu qui va de paire avec un visage très délicat. Son torse est couvert d’écailles de serpent de ça de là, d’une couleur blanc nacré mélangé de doré qui s’accorde bien avec sa peau humaine. Elles peuvent recouvrir tout son corps quand il se met vraiment en colère…ce qui arrive très rarement. Il a des cheveux assez courts qui partent en fines mèches sur les côtés, roux foncés et raides, avec de légers reflets blonds. Il n’a pas besoin de les coiffer, ils tiennent très bien en place tous seuls. Contrairement aux autres chimères, il peut presque passer pour un humain, si ce ne sont ses yeux, et ses crocs prédominants, rappelant les crochets d’un serpent. Agréables à la vue mais dangereux, car il est venimeux et son poison peut s’avérer mortel. Il dort très peu, mais ça n’affecte pas son apparence physique. Il s’habille simplement, de vêtements qui n’encombrent pas sa gestuelle : pantalons de peau ou de cuir, ou en toile toujours sombres, tuniques, t-shirts, baskets de toile ou bottines légères…Il est d’une souplesse quasi diabolique, déjà très présente quand il n’était encore qu’un humain…Car s’il est une chimère, il n’est pas né comme ça, il l’est devenu. Il évite de se dévêtir devant les autres pour cacher ses écailles même s’il les trouve plutôt jolies. Il a toujours une arme blanche cachée sur lui. Il est d’une habileté vraiment effrayante, et d’une vivacité étonnante. Il bouge vraiment très vite, et il ne s’adapte pas au rythme de vie des humains, en se forçant à bouger plus lentement, ce qui produit un certain décalage quand il est avec les autres. Sa démarche est souple, sinueuse et glissante, silencieuse à l’extrême. Il se tient toujours droit de façon gracieuse et élégante. Il peut éclater d’un charisme qui fait que tout le monde se retourne sur son passage, comme être invisible aux yeux de tous, en agissant avec discrétion. Il porte un collier tressé de lin qui lui a été donné par son ex petite amie Mitsuko.


♣ Description mentale ♣
« Quiconque n'a pas de caractère n'est pas
un homme, c'est une chose »


Un mot d’ordre régit la vie d’Ichiro : avancer, se dépasser, progresser et n’avoir aucune attache. Il est libre. D’une liberté absolue qui fait qu’aucune loi n’a réellement d’importance pour lui. Il peut tuer si quelqu’un ose lui ôter sa liberté ou s’il s’en prend à quelqu’un à qui il est attaché. Il ne ressent pas de plaisir quand il tue mais il n’hésite pas à le faire. Tout est une question de choix. Et quoi qu’il choisisse, quoiqu’il fasse, il l’assume entièrement et le revendique. Il n’est pas désagréable mais son caractère est assez mordant, insolent et ironique. Il aime souligner les incohérences chez le comportement des êtres humains, ne se laisse jamais enfermer dans les paroles d’autrui, comme il ne se laissera jamais capturer physiquement. Il ne parle jamais pour ne rien dire. Il est fort. C’est un combattant dans l’âme et dans la vie. Fort physiquement comme mentalement, il ne se laisse jamais démonter par qui ce soit, se fiche du regard des autres et de ce qu’ils peuvent bien penser de lui. Il préfère l’action au blabla, et un geste de sa part vaut mille déclarations. Il est très observateur, rien en lui échappe. Il est assez fin pour ne pas tout dire, tout révéler, assez fin pour ne pas exposer toutes ses qualités au grand jour, c’est pourquoi c’est un garçon surprenant. Son attitude calme et bienveillante fait que beaucoup pensent qu’il n’est qu’un adolescent comme les autres, avec un côté sportif et hyperactif prononcé. Mais ils se trompent. Ichiro n’a rien de banal. C’est un être d’exception dans son domaine, le combat, mais il ne recherche pas la confrontation gratuite, ce qui fait qu’il se contente de vivre en harmonie avec les autres. Il adore les prouesses physiques. Il s’entraîne chaque jour avec le plus grand des sérieux. Il aime répéter qu’il suit sa Voie. Il aime les nuits de pleine lune en solitaire, tout comme le chant des vagues. Il aime danser. Il danse magnifiquement bien d’ailleurs, en solo comme à deux, avec ou sans musique. On peut d’ailleurs dire que sa technique de combat se rapproche d’une chorégraphie harmonieuse et simple. Il n’apprécie pas trop le froid depuis sa mutation en chimère mais ça ne l’empêche pas de continuer à s’entraîner en hiver. Il ne supporte pas ceux qui prétendent être ce qu’ils ne sont pas réellement. Il n’aime pas les gens qui se complaisent dans leur faiblesse. Mais il protégera ceux qui n’ont pas les capacités suffisantes pour se battre même s’ils en ont la volonté. La famille a beaucoup d’importance pour lui. Ainsi que la notion de maître et d’élève. Pour le reste, il se moque des grades, des fonctions, seule compte la valeur individuelle. Il ne respectera que ceux qui le méritent. Au niveau sentimental ,il restera à jamais attaché à Mitsuko, même si elle n’est plus de ce monde. Il n’éprouve pas ou peu d’attirance physique, après tout, n’est-il pas devenu un sang froid ?






Raconte nous ton histoire;
Et en détail





♣ The beginning ♣



Chapitre 1 : Chapardeur
Ichiro Shimazu est né dans une famille sans problème, une branche de la famille Shimazu, qui avait su faire son chemin dans les arts de façon plutôt brillante. Sa mère et son père, de brillants trapézistes vivaient dans la compagnie du cirque où ils travaillaient. Quoi de plus normal que le jeune enfant ait hérité du talent de ses géniteurs ? Les nombreuses tournées de ses parents firent que très tôt, il eut une très bonne constitution physique et une résistance de fer. Hyperactif, ses baby-sitters avaient du mal à le suivre, tellement il galopait partout, grimpait aux arbres quitte à se rompre le cou, posait mille et une questions, puis repartait à la découverte du monde en faisant mille et une expériences. Il n’allait pas à l’école. Les voyages incessants de ses parents l’en empêchaient. Ichiro aimait sa mère et son père plus que tout. Elle, toujours souriante et câline, et lui, dur et solide comme un roc. Sa mère lui enseignait les bases de l’enseignement ,sans chercher à tout prix à lui inculquer un savoir. Elle disait souvent que dans la vie, il y avait toujours deux réponses : celle du savant et du poète et que c’était à lui même de les trouver. Son père était plus terre à terre, et il développait les qualités physiques de son petit garçon. C’était une famille heureuse et épanouie. Loin des questions qui troublaient la société sur la domination des races. Vampires, chimères…tout ça était loin de leur quotidien. A 5 ans, Ichiro vivait pleinement, découvrant d’autres artistes du cirque, s’essayant à leur métier, s’occupant des chevaux, ou imitant les numéros des uns et des autres. Il était habile, très habile. Avec un autre gamin du cirque, ils chapardaient souvent de la nourriture en cuisine, ou se faufilaient dans les roulottes à l’abris des regards pour trouver des « trésors ». Ichiro ne se fit jamais prendre la main dans le sac par un propriétaire. Mais quand sa mère le découvrit, elle se fâcha.

- Un homme libre n’est pas un voleur, le sermonna-t-elle très sérieusement, voler quand on est dans la nécessité n’est pas un acte complètement répréhensible. Mais voler pour le plaisir n’est pas concevable.

Ichiro s’en voulut beaucoup d’avoir déçu ainsi sa mère, et il ne recommença plus ses petites espiègleries. La vie s’écoulait heureuse et insouciante. 6, 7, 8 ans…Ses parents l’emmenaient voir quelque fois ses cousins : Noriaki et Hiroko. Quoique complètement différents –la nature douce et musicienne de ces deux là jurait affreusement face au caractère trépidant d’Ichiro- ils s’appréciaient et jouaient ensemble. Ichiro ne comprenait en rien pourquoi monsieur Nounours avait tellement d’importance dans la maisonnée, ni pourquoi Noriaki et Hiroko obéissaient au doigt et à l’œil à leur paternel alors que celui-ci se montrait injuste. Ils étaient tous les deux si fragiles à leur façon, mais si nobles et bons ! Si quelqu’un s’avisait à les embêter, ils ne répondaient pas, deux blocs d’indifférence. Alors qu’Ichiro répondait de façon acerbe et n’hésitait pas en venir aux mains, si quelque chose n’allait pas. Un jour, il demanda à sa mère pourquoi ces deux ci ne se rebellaient pas :

- Ils sont précieux, Ichiro, répondit-elle, C’est notre famille. La même force n’est pas donnée à tout le monde. Ils ont besoin que tu les protèges. Tu comprends ?

Oui, Ichiro était en état de comprendre. Et il se souviendra de ces mots pendant toutes ses années.

Chapitre 2 : Les enfants des rues


Un accident peut se produire si aisément. Le soleil brille, et puis brusquement la pluie tombe à torrent. C’est ce qui se passa pour Ichiro. Ses parents furent emportés par un accident de voiture. Vide immense, béant. Tristesse. La vie est parfois cruelle et injuste. Mais elle apporte toujours des leçons. Sans parents, le cirque ne pouvait accueillir le garçon plus longtemps. Il avait 10 ans, certes, il était robuste, mais ne fallait-il pas mieux pour lui qu’il aille à l’école comme tout le monde au lieu de passer sa vie au cirque ? On le plaça alors à l’orphelinat. Pas de méchanceté dans cet acte. Le directeur du cirque voulait simplement le meilleur pour le garçon. Mais Ichiro n’était pas de cet avis. Il s’enfuit, avant que les employés de l’orphelinat ne viennent le chercher. Il quitta la ville où ils étaient, et il erra longtemps, allant au hasard. Il avait un peu d’argent sur lui, un couteau suisse et un petit sac contenant ses maigres possessions. Il était volontaire et débrouillard. Il volait quand il avait besoin de se nourrir et dès que des bandes s’avisaient à le coincer, il arrivait à s’éclipser pour les semer, grimpant sur les toits, glissant dans des ruelles sombres. Alors qu’il avait des adolescents aux trousses qui cherchaient certainement à s’accaparer le peu qu’il avait sur lui, un gamin qui ne devait pas avoir plus de 14 ans s’interposa. Des cheveux blonds, un regard noisette, un sourire aux lèvres, il mit en fuite la bande au bout de quelques minutes. Des mouvements précis, des coups qui portaient toujours au bon endroit, les autres étaient complètement dépassés.
Ichiro n’en revenait pas.

- Hey, toi ! l’interpella le blond, tu vas bien?

Ichiro hocha la tête, encore surpris du spectacle auquel il avait assisté.

- Je t’ai vu faire les poches tout à l’heure, t’as des sacrés doigts d’or, on dirait ! continua l’autre en riant, je m’appelle Sae. Si tu as besoin de quoi que ce soit, on est là pour dépanner. Tu vis seul, non ?

Il émit un sifflement. Et des gosses apparurent un peu partout dans la rue, cachés depuis tout à l’heure. Des fugueurs, des orphelins…ils ne dépassaient pas les 16 ans…une petite meute dont Sae avait la garde. Ils avaient un repère, et chacun travaillait à sa façon pour nourrir la communauté….de façon pas très légale souvent…Le vol était leur principal source de revenu. D’autres faisaient des petits boulots, dont Mitsuko, une petite fille de 11 ans qui travaillait chaque jour au marché. Elle possédait deux grands yeux noirs charmeurs, et n’hésitait pas à proposer de lire les lignes de la main aux passants et aux touristes. Ichiro s’intégra très vite à ce petit monde et s’y fit sa place.

Chapitre 3 : Apprentissage


Les années passèrent. Ichiro devint adolescent. A 14 ans, il vivait toujours dans le clan de Sae. Certains de ses camarades étaient partis…assez âgé pour prendre leur vie en main, des nouvelles têtes étaient apparues. Il était devenu quelqu’un de respecté dans le clan, par ses multiples recels. Et il était amoureux de Mitsuko. Une idylle était née entre ses deux là…et s’ils ne se le disaient pas, quand leur regards se croisaient, il était évident qu’ils étaient épris l’un de l’autre. La jeune fille, au contact du garçon, s’était enhardie. Comme Sae avait transmis les rudiments du combat à mains nues à Ichiro, celui-ci était fragile et manquait de force, mais avec son petit poignard, elle n’était plus sans défense. Les soirs, Ichiro traînait dans des cafés louches avec Sae pour jouer aux cartes. Ils trichaient tous deux divinement bien, et se faisaient pas mal d’argent ainsi. Mais une nuit, cela tourna mal. Un joueur, saoul, et furieux de se voir faire piquer tout son blé par deux sales gosses, appela ses amis pour leur donner une bonne correction.

- Me prenez pas pour un c** ! gueula l’alcoolique, et rendez moi tout de suite mon fric !
- Si tu as perdu, c’est que tu as trop bu ! répliqua Ichiro, avec son insolence coutumière. Va cuver ton vin au lieu de nous accuser !

Lui et Sae s’étaient levés ensemble. Ils savaient que ça allait tourner aux mains. Ils avaient raison. Une rixe commença. Certes Sae et Ichiro étaient vifs, mais ils n’étaient que deux et ils avaient à faire avec des adultes, que l’alcool avait rendu très méchants. Ils commencèrent à avoir quelques difficultés à les repousser.
Un sifflement retentit alors. Moqueur. Léger. Musical. Un souffle, une silhouette sombre, dansant presque. Elle effleura chacun des assaillants, pirouette, tourna sur elle même, esquiva. Floue, tellement elle se mouvait vite. Les agresseurs tombèrent à terre, inconscients. La silhouette arrêta alors de bouger et sourit aux adolescents. C’était une femme, d’une vingtaine d’années. Les cheveux noirs et courts, le regard vert grave et profond, elle les salua avant de quitter le bar. Légère, gracieuse, libre.
Ichiro lui emboîta le pas. Il était tombé en admiration folle pour cette jeune femme, qui semblait être au dessus de tout. Libre. Cette liberté que lui avait tellement cherché à atteindre ,elle la vivait complètement. Il voulait comprendre comment elle pouvait se mouvoir avec tant de prestance. La jeune femme n’était pas intervenue dans la bagarre pour rien. Elle avait remarqué le talent d’Ichiro alors qu’elle se baladait en ville, et elle était venue pour faire de lui son élève. Quand elle lui fit sa proposition, Ichiro n’hésita pas. Il quitta son clan pour suivre l’enseignement de la prénommée Miranda Well. Il promit à Mitsuko de revenir le plus tôt possible auprès d’elle.


Chapitre 4 : Le laboratoire


L’apprentissage d’Ichiro dura deux années complètes. Deux années pendant lesquelles, il n’eut aucune seconde de répit. Miranda développait ses capacités physiques à l’extrême, le poussant à accomplir des prouesses dans tous les domaines : natation, combat, escalade, tir à l’arc, lancer de couteau, escrime, acrobaties. Selon elle, un homme ne pouvait être libre, si son corps était trop faible. Elle parlait peu, mais elle parlait juste. Elle lui apprit des notions importantes. Respect. Ouverture. Harmonie. Fluidité. Courbes de la vie sans cesse fluctuantes. Après deux ans à ses côtés, Ichiro était méconnaissable, ce n’était plus un gosse perdu des rues. Il était rayonnant. Certes, il lui restait beaucoup de choses à apprendre, mais il avait trouvé sa Voie. Miranda jugea bon de terminer son enseignement. Mais pour cela, elle déclara à Ichiro le voir réussir une dernière épreuve, avant de parvenir à la plus parfaite autonomie. Et elle le jeta dans la gueule du loup.
Un laboratoire. Où on faisait des expériences sur les humains pour étudier les gênes présents chez les chimères. Tout aussi dur qu’avait été son apprentissage, Ichiro n’avait pas été taillé pour affronter une armée. Il fut drogué, enfermé, et réduit à l’état de cobaye. Sa liberté lui fut arrachée aussi soudainement que sur le coup, il ne parvint pas à se relever.
S’il n’était plus libre, qui était il ? Etait-il encore Ichiro ? Le doute le cloua au sol, aussi lourd que des chaînes d’acier. Il ne sut réellement combien de temps, il resta dans se laboratoire. Après l’opération qui consista à le muter, pour devenir mi-serpent mi-humain, il resta dans un état d’hébétement le plus total.
C’est là qu’il entendit une voix.

- Ichiro…oh seigneur…Ichiro…C’est toi ?

Cette voix. Qui avant résonnait d’espièglerie tandis qu’elle disait la bonne aventure. Mitsuko ! Ce fut comme une décharge électrique dans tout son corps. Il se jeta contre les barreaux de sa prison, les agrippa et fixa la jeune fille, enfermée dans la geôle à côté de la sienne.

- Mitsuko...

La jeune fille avait changé. Ses deux yeux noirs brillaient d’un éclat mordoré, phosphorescent dans le noir. On pouvait voir deux oreilles de félins qui frémissaient, tandis que des griffes lui servaient d’ongles. Transformée en chimère également. Elle haletait. Ichiro tendit la main, lui effleura la joue.

- Je vais te sortir de là, d’accord ? Fais moi confiance…je vais trouvé un moyen, murmura Ichiro.

Une nouvelle force coulait dans ses veines. Les écailles de serpent recouvraient son corps entier. La colère. Intense. Flamboyante. Ces scientifiques…Ils allaient tous payer pour ce qu’ils avaient osé faire à Mitsuko, à tous ces autres qui étaient enfermé comme lui dans ses prisons et qui geignaient pitoyablement. Ichiro prit une grande inspiration :

- Ecoutez moi tous !



Chapire 5 : Le cadeau

4h du matin. Le laboratoire semble paisiblement dormir. Les gardes hésitent à s’assoupir, tant les couloirs sont silencieux. Quand soudain, des bruits de portes qui claquent, des grognements…Les cobayes se sont libérés ! Ils courent en tout sens, animés par une force plus imposante que les barreaux de leur prison. L’envie de vivre.

« Je sais que vous avez peur. Je sais que vous avez mal. Mais je sais aussi que ce n’est pas notre destin. Je ne vous connais pas mais je sais que vous avez tous une famille, des gens qui vous attendent. Nous pouvons sortir d’ici. J’en ai la conviction. Il suffit de le vouloir. Nous sommes forts. Plus forts que les humains. Certes, ils nous ont asservi mais en nous changeant, ils nous ont rendu plus forts que nous ne l’étions au départ . Et nous le sommes assez pour briser ces chaînes. »

Un appel. Simple. Qui avait été entendu. Mais à chaque rebellion, il y a des pertes. Et ce soulèvement là ne fit pas exception. Ichiro n’avait plus compté le nombre de fois où ses crocs avaient percé la chair pour injecter de son poison, ni combien d’humains étaient morts sous ses coups. Il avait récupéré une dague. Plus rapide, plus agile, insaisissable, avec Mitsuko à ses côtés, ils voyaient les autres se faire décimer par les armes automatiques, tandis qu’ils glissaient le long des murs, silencieux. Mais ils ne pouvaient pas les aider, ils ne cessaient de courir, d’avancer. Il fallait avancer, c’était ça où mourir. Ichiro tenait la main de Mitsuko, il la serrait dans la sienne, parcourait des mètres encore et encore. Et enfin…l’air libre ! L’aurore flamboyante ! Le soleil qu’il avait fini par oublier…Les deux amoureux avaient fuit par la forêt, mettant de la distance avec le laboratoire qui prenait feu. Ils allaient atteindre les montagnes lorsque Mitsuko s’écroula brusquement.

- Mitsuko, Mitsuko, qu’est ce que tu as ?

Ichiro s’agenouilla auprès d’elle, affolé. C’est là qu’il la vit…béante…La plaie sur son côté droit. Qui lui volait la vie.

- Oh…non…non…non…

L’adolescent ne pouvait retenir les cris dans sa gorge. Il s’empressa de faire un bandage, déchirant le pyjama qui lui servait de vêtement.

- Ca va aller, essaya-t-il de la rassurer, je vais te ramener à la maison d’accord…on va rentrer à la maison…

Il la serra contre elle. Mitsuko eut un rire étranglé. Un peu de sang s’écoula de sa bouche.

- C’..C’est un mensonge…articula-t-elle faiblement, un très beau mensonge, mais ce n’est pas grave, parce que je t’aime, Ichiro.

Elle lui tendit son collier de lin. Elle mourut dans les minutes qui suivirent.


Chapitre 6 : Solitude


La douleur. La mort. Le désespoir. A quel point un être humain peut il endurer toutes ces choses ?. Ichiro porte Mitsuko dans ses bras. Il trébuche. Doute.
Le doute est une force tant qu’il pousse en avant.
Il l’enterra au sein de la montagne. Il avait noué le collier de la jeune fille autour de son cou, un collier de lin simple. Mais qui le rattachait encore à elle.
Et à la vie.
Ichiro reprit sa route. Seul. Il atteignit une autre ville, se fondit dans la foule, trouva de nouveaux vêtements, de l’argent. Il repartir de nouveau. Nomade solitaire. Le poids du deuil sur le cœur. Quand il recontra de nouveau son maître.
Miranda. Au cœur d’une forêt. Fidèle à elle même, souple comme une liane et gracieuse.

- Bonsoir Ichiro.

Pas de trace d’ironie dans ses yeux. Ichiro la regarda. Et il fut submergé par de la haine. Une haine profonde. Des picotements parcouraient son torse, il comprit que les écailles s’étalaient de nouveau sur sa peau. Ces marques visibles qui trahissaient sa nouvelle nature. Il n’était plus humain certes. Mais était il moins Ichiro pour autant ? Etait-il moins lui qu’avant lorsque son professeur l’entrainait d’arrache-pied ?
Quand il regardait son maître, la force et le magnétisme qui se dégageait d’elle…Il ne put s’empêcher de penser au temps où il l’admirait…Et maintenant, tout ce qui lui venait c’était :

- Pourquoi ?

Une simple question mais qui en posait des dizaines d’autres. Pourquoi m’avoir laissé dans ce laboratoire où on aurait pu m’abattre comme un chien ? pourquoi cette épreuve ? Pourquoi ne pas être venu à mon secours ? Pourquoi Mitsuko ? Pourquoi revenait-elle après tout ce temps?
Miranda sourit.

- Tu es complet maintenant. Libre. Ton enseignement est terminé.

Elle avait l’air heureuse. Elle tourna les talons. Ichiro sentit la colère remonter par vague.

- Complet ? répliqua-t-il ,étaits je donc incomplet lorsque vous m’avez trouvé ? Suis je plus libre maintenant que je suis cette chose..ce moitié d’être humain ? Je ne crois pas non ! Et ne me tournez pas le dos de cette façon ! Pendant deux ans, je vous ai suivi, j’ai couru quand vous m’avez demandé de courir, je me suis battu quand vous m’avez demandé de me battre et pour quoi ? Pour ça ? ! Vous avez laissé tous ces gens mourir ! Alors vous me devez au moins des explications.

Silence. Miranda se retourna, le scruta puis reprit son chemin lentement. Alors Ichiro bondit. Il avait progressé depuis leur dernier entrevue, son corps avait changé et jamais il n’avait jamais été décidé. Si Miranda perçut l’attaque, sa parade fut inefficace. L’élève avait dépassé le maître. La lame fouetta l’air, se posa sur la chair...S’arrêta.
Ichiro ne pouvait la tuer. Il avait assassiné des dizaines d’humains, mais il ne pouvait pas se résoudre à lui prendre la vie à elle. Parce qu’elle avait essayé de le guider, parce qu’elle lui avait tant appris. Parce qu’elle se trompait aujourd’hui de chemin, mais que ça ne changeait rien pour lui. Elle n’avait plus de valeur à ses yeux. Elle s’était fourvoyé, sa dernière leçon avait été une belle erreur…et maintenant elle n’était plus qu’un gravier sur son chemin.
Il la relâcha.
Miranda éclata de rire.

- Ca y est...tu t’es envolé…ma tâche est terminée, dit-elle. Mais attend avant de partir !

Ichiro continuait de marcher sans s’arrêter, sans lui accorder la moindre attention. Miranda du crier pour lui dire ses dernières paroles


- Tu m’en veux, parce que tu ne comprends pas ! En devenant chimère, tu es devenu un être supérieur !C’est la sublimation…rester humain c’était te condamner rester faible à jamais…Crois tu que les humains résisteront encore très longtemps face à ce que nous sommes ? Nous sommes l’avenir, Ichiro, que tu le veuilles ou non. Puisses tu assister à notre suprématie !

Elle rejeta sa cape en arrière, déploya ses ailes. Et disparut. Ichiro arrêta de marcher. Supérieur…Son professeur avait du tomber bien bas pour penser une telle chose. Ou alors l’avait elle toujours pensé ? Le garçon ne se sentait pas meilleur en étant chimère. Mais était ce vraiment la leçon que voulait lui transmettre son professeur ? Cette vanité ? Non…il devait s’agir d’autre chose. Etait ce si important d’être chimère ? Et en fait, il réalisa que ça lui importait peu. Qu’il soit blessé, ou en bonne santé, humain ou chimère, jeune ou vieux, il restait Ichiro. Il changeait certes, mais au fond, il restait lui même. Et ça, c’était la seule chose qui comptait. L’adolescent sourit. Regarda le ciel.

- Merci…

Chapitre 7 : Noriaki

Deux années passèrent. Deux années de voyage, de rencontres multiples et diverses, d’échanges, d’interrogation, de découverte. Et pendant ces deux années, Ichiro n’avait cessé de progresser. Et ce fut naturellement que ses pas le ramenèrent chez ses cousins. Il apprit le décès de sa tante et d’Hiroko. Il avait 18 ans….cette époque où il avait une famille lui paraissait lointaine et en même temps ineffaçable. Il découvrit également le martyr qu’avait enduré Noriaki en son absence, sous les mains de cet oncle qu’il n’avait jamais aimé. Mais où se trouvait maintenant son cousin ? Etait il seul ? Souffrait-il ? Il questionna son oncle à ce sujet. Celui ci était à son habitude en train de se saouler dans son appartement, ressemblant plus à un taudis qu’à un habitat. Ichiro glissa vers lui impassible.

- Où est il ?

L’ivrogne releva la tête.

- D…De qui ??? Qui es tu ? Sors de chez moi !

Evidemment il ne le reconnaissait pas, après toutes ces années.

- Noriaki. Dis moi où il se trouve
- Ce sale gosse ? Je l’ai envoyé loin, à l’Iroke Hospital…

Il n’eut pas le temps de dire plus long, les doigts d’Ichiro se refermèrent sur sa gorge. Ses crocs s’enfoncèrent dans sa chair. Il le rejeta au sol, et cracha par terre, le goût de son sang le révulsant. Il mettrait des heures à mourir…Ichiro le regarda se convulsionner à terre. Il ne ressentait rien.

- Ce que tu as fait à Noriaki est mal…Maintenant c’est à moi de réparer les choses…S’il n’est pas déjà trop tard…

Il quitta l’appartement et se fit interné de lui même à l’hôpital pour retrouver et aider son cousin. Dès que celui ci ira mieux, il s’enfuira avec lui. Ne croyez pas que c’est impossible, Ichiro ne reste à un endroit que parce qu’il le veut bien…



.





Qui se cache derrière l'écran ?

Identité secrète




Petit questionnaire

    Pseudo : Vivi
    Age : 200 ans ? XD
    Fujoshi/gay? : fujoshi
    Où avez-vous trouvé le forum? : c’est noriaki et eyvind qui me l’ont dit /PAN
    Un dernier commentaire? : vous êtes les meilleurs J

© fiche codée par Hika~


Invité
Invité
avatar
Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ichiro Shimazu ••• Mar 10 Juil 2012 - 19:15
...Un des rares qui se fait interné de lui-même

Re-re-Bienvenue à toi ! Ta fiche est validé, je n'y vois aucun problème... (en attendant un contre avis si j'ai sauté quelque chose)

Bonne retrouvailles avec Noriaki, petit serpent !

____________________


avatar
Infos

• Date d'inscription : 23/07/2010
• Messages : 599
✖ DC / TP / ... : Dahun Jung
✖ Disponibilité : Assez absent .__. ...
¥ Yen : 0
Dossier

Dossier médical
• Age : 20 ans
⚣ / ⚤ Orientation : Dominant
❥ Statut marital : Célibataire
Contact


Voir le profil de l'utilisateur Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ichiro Shimazu ••• Mar 10 Juil 2012 - 19:32
Merci beaucoup ^^ * le petit serpent n'a plus qu'à attendre la confirmation d'Hikaru :3*
Invité
Invité
avatar
Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ichiro Shimazu •••
Contenu sponsorisé

Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
Ichiro Shimazu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Guides de campagne (TW:S2)
» Sengoku Basara 4
» FT - Zen'Ichiro Wakame
» Diplomatie du Clan Shimazu
» Ichiro Nakamoura [Pirate] [En construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IROKE HOSPITAL  :: 
hors-jeu
&pub
 :: Les Archives :: Les fiches pleines de poussière
-