Click pour dérouler


avec PRENOM ◊ NOM
avec PRENOM ◊ NOM
avec PRENOM ◊ NOM
LE TIEN ?
top site iroke hospital iroke hospital top site manga pub iroke hospital iroke hospital

les membres du mois, qui ont atteint x rp en moins de quelques semaines ! felicitation ♥

 

Partagez| .

Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino) ••• Mer 18 Juil 2012 - 18:25
Noriaki avait intégré sa chambre pas plus tard que ce matin, mais il n’avait pas encore rencontré son colocataire. Cette perspective le stressait énormément…il fallait dire qu’après sa première rencontre avec un interné de l’hôpital –Shinobu Ogawa- il avait déjà fait fort…Ses personnalités s’étaient manifestées plutôt violemment en saccageant tout dans la petit chambre…petite touche personnelle du cher Yamato, Misaki était ensuite intervenu pour une raison qui échappait totalement au jeune homme, puis Hiroko avait usé de ses charmes, avant de laisser Noriaki dans le désarroi le plus total, habillé en fille, dans une situation des plus embarrassantes. Après le départ de Shinobu, il avait du tout nettoyer, tout ranger de nouveau…tout ce temps gâché à réparer les erreurs de ses « autres ». Et il commençait à avoir sommeil. L’heure du dîner était depuis longtemps passée, mais l’adolescent n’avait aucune envie de se faire sa place dans une foule d’inconnus. Tant pis pour ce repas…il se rattraperait le lendemain matin…si toutefois il osait sortir de sa chambre ! Rencontrer tant de gens l’effrayait beaucoup. Et si son colocataire s’avérait être méchant ? Si c’était un de ce qu’ils appelaient « vampires »…ces créatures n’étaient-ils pas censées vous attaquer et vous déchirer la gorge sans que vous ne puissiez rien faire ? Et ces hybrides….étaient-ils dangereux ? Il doutait franchement que les médecins viendraient l’aider s’il avait un problème…après tout ne portait il pas l’étiquette à présent de nuisance ? Curieusement, il aurait préféré rester chez son père…certes, son quotidien là bas ne s’éloignait pas trop d’un véritable enfer, mais au moins c’était un enfer connu…Alors que là…c’était l’incertitude la plus totale. Il était à deux doigts de pleurer, là assis sur son lit, vêtu d’un simple t-shirt long qui lui arrivait à mi-cuisse. Il ramena ses genoux contre sa poitrine et se balança légèrement pour tenter de dissiper son angoisse. C’est là que doucement, la mélodie s’échappa de ses lèvres. Pure et éthérée…véritable expression de ce qu’il ressentait intérieurement :

Hitokage taeta no no michi wo
Watashi totomo ni ayunderu
Anata mo kitto samishi karou
Mushi no sasayaku kusahara wo
Tomo ni michiyuku hito dakedo
Taete mono iu koto mo naku

Kokoro wo nani ni tatoe you
Hitori michiyuku kono kokoro
Kokoro wo nani ni tatoe you Hitoribocchi no samishi sa wo

Spoiler:
 

C’est là qu’il entendit le bruit d’une porte qui s’ouvre, et avec frayeur, il releva la tête.
Invité
Invité
avatar
Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino) ••• Jeu 19 Juil 2012 - 1:59
La journée avait été assez longue pour Kino. Plus que prévue, même. Déjà, on l'avait largué ici sans qu'il n'ait rien demandé et personne n'avait déballé le tapis rouge. Inutile de dire que ça lui avait fait une petite déception. Au moins, il avait pu rencontrer Uruwashii dans le hall. C'est sûr qu'il s'était surtout moqué de lui plus que d'autre choses, mais bon. Il n'avait pas pu le faire assez longtemps, puisque ses pouvoirs étaient bridés par quelque chose qu'il n'arrivait à comprendre. Sans doute un truc propre à l'hôpital, s'était-il dit. Avec tous ces vampires et créatures, il comprenait aisément qu'il fallait un frein pour arriver à les garder dans cet endroit. Si en plus, on rajoutait les humains sans défense avec eux... Celui qui avait eu cette idée était un génie. Et il l'en félicitait.

Ensuite, ce qu'il avait fait à midi, aucune idée. Sans doute quelque chose de pas très extraordinaire ou de très ennuyeux. Peut-être même une sieste. Ce qui pourrait expliquer le fait qu'il ne s'en souvienne pas. Oui, ça devait être ça.

L'après-midi. Il en était fatigué. Certes, il avait plus tourné qu'autre chose, mais bon. Dans son tour, il avait eu la présence d'esprit d'aller se perdre où il ne savait où sur l'île. En même temps, son sens de l'orientation était loin d'être le meilleur, surtout lorsqu'il débarquait quelque part pour la première fois. Il se disait qu'avec un peu de temps, il arriverait à se situer sur cette fichue île et cela, sans le moindre problème. Toutefois, ce n'était pas encore le cas, alors qu'il devait faire avec. Et bon sang, ce n'était pas agréable.

En plus, ses sauveurs étaient des autres pensionnaires croisés sur la plage. Mais comment il avait fait pour aller si loin !? En plus, des humains. Il aurait eu plaisir de faire son goûter, mais se doutait que ça pouvait lui retomber dessus s'il ne se retenait pas. Alors, il avait refoulé toutes ses pulsions pendant son retour. Et quand ils étaient rentrés, c'était déjà l'heure du dîner. Et pour repérer le réfectoire, pas besoin de guide.

Après ce bref résumé de sa journée et le ventre plein, Kino se dirigea gaiement vers sa chambre. Enfin, bon. Disons surtout qu'il avait trouvé des chambres au première étage et qu'il espérait voir son nom quelque part. Et bingo ! Il sauta presque de joie en arrivant à destination. C'est alors qu'il entendit une voix. Il l'écouta sans rien faire, avec un petit sourire aux lèvres. Son compagnon de chambre était là, alors. En plus, il avait une superbe voix ! Sans attendre davantage, il ouvrit la porte de sa leur chambre. Il entra, ferma derrière lui en baillant et alla s'affaler sur le lit libre, sans se préoccuper de l'état des lieux.


- Dis, tu pourras me chanter des berceuses si j'arrive pas à m'endormir ?

Il s'étira, puis prit appuie sur son bras pour regarder l'autre garçon. Il le détailla entièrement, avant de lui sourire.

- Joli tee-shirt. C'est pas le tien, je suppose. Oh, quel idiot ! Je m'appelle Kino, et toi ?

Il chercha à établir un contact visuel. Si ça marchait, il n'aurait aucun problème à le piéger dans une faible illusion. S'il forçait, ça pourrait peut-être drainer son énergie. Et franchement, il n'avait pas envie de ne plus pouvoir bouger de la nuit.

-Tu es un Humain, n'est-ce pas ?

Il avait déjà mangé. Plus de places pour un dessert supplémentaire.
Invité
Invité
avatar
Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino) ••• Jeu 19 Juil 2012 - 17:53
Noriaki découvrit un jeune homme de son âge. Blond, un peu plus grand que lui, il s’affala directement sur son lit. Il crut d’abord qu’il ne l’avait pas remarqué. Il en avait tellement l’habitude…cette impression d’être invisible…et que personne ne le voyait.
Ainsi, il tressaillit quand non seulement le garçon se mit à lui parler mais en plus, il le dévisageait carrément. L’adolescent se mit à regarder le pied du lit avec obstination, pour de temps en temps jeter des coups d’œils craintifs à son colocataire. Il craignait de croiser son regard. Il n’avait jamais pu regarder les gens dans les yeux très longtemps depuis que son père l’avait violenté quand il avait osé plonger son regard dans le sien. Il s’en souvenait comme si c’était hier. Il achevait de ranger la vaisselle, son père grommelait quelque chose en buvant à même le goulot de sa bouteille de whisky….Noriaki l’avait dévisagé, leurs yeux s’étaient rencontrés…et avant même d’avoir pu esquiver, il s’était retrouvé par terre…Le suite, il préférait l’oublier…

A chaque coup d’œil, il notait à chacune de ses observations, un peu plus de détails, s’émerveillant par le bleu de ses yeux, qui ne ressemblait au bleu des siens. Timidement, il répondit :
Dis, tu pourras me chanter des berceuses si j'arrive pas à m'endormir ?
- Oh, je connais quelques berceuses, oui si tu veux…

Façon pas très précise de dire que cela ne le dérangeait pas de chanter pour lui. Noriaki aimait chanter. Qu’on l’écoute ou pas, ça n’avait aucune importance.
Le blond semblait ouvert et sympathique, lentement Noriaki commença à se détendre. Il le regarda un peu plus longuement. Ainsi, il s’appelait Kino. Il voulut sourire, mais son visage ne se soumettait pas, se contentant de garder une expression un peu triste et fragile.

- Je m’appelle Noriaki,
dit-il doucement.

Il n’osait pas étendre les jambes, après tout sa tenue n’était pas très décente. Mais il avait eu temps de hâte à retirer cette fichue jupe et ce corset, qu’il avait enfilé le premier truc qu’il avait pu dénicher. D’ailleurs, il ne savait pas d’où provenait ce t-shirt. Il n’avait pas le souvenir de l’avoir mis dans ses affaires. Appartenait-il à Yamato, son alter ego ? Pour quelle raison aurait-il mis un tshirt trop grand pour eux dans leur valise ? Ou alors était ce un souvenir d’une de ses « conquêtes ». Rien que cette idée fit frissonner l’adolescent aux yeux turquoises.

- Humain ? releva-t-il avant de murmurer, oui je suis humain.

Pouvait-il garder ce statut, lui à la personnalité si troublée ? Avec un couinement de terreur, il réalisa que cette question n’était peut être pas si innocente….Et si…


- Tu n’es pas un vampire, si ?

Même un aveugle aurait-pu percevoir sa terreur ! Dans sa voix, comme dans tout son corps, exprimée avec intensité. Noriaki avait une peur bleue de ses créatures…il n’en avait qu’entendu parler..mais les dires n’avaient rien de rassurant…
Invité
Invité
avatar
Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino) ••• Ven 20 Juil 2012 - 1:30
Mince. Le garçon en face lui refusait tout bonnement le contact visuel. Il pesta intérieurement, mais se dit que ce n'était pas très important. Vu la façon dont il agissait, il comprit qu'il n'avait rien à craindre de lui. Aucun doute qu'il puisse lui faire quoi que ce soit. Enfin, il ne le connaissait pas, et aller savoir ce qui allait arriver plus tard. De toute façon, une petite illusion ici et là, et le tour était joué. Il savait se défendre en cas de danger.

Il dut tendre l'oreille pour comprendre les propos de l'autre garçon. Fort heureusement, il n'y avait pas de bruits et ce ne fut pas trop compliqué. Quand même, il se demandait comment les gens pouvaient doter de leurs capacités et être timide. Il avait déjà croisé des incompétents qui vantaient des mérites pas si extraordinaire. Même si ça le faisait bien rire, il appréciait ces personnes pour leur confiance. La vie se montrait parfois être étrange. Si certains le vivaient bien, bah tant mieux pour eux, hein. Il n'allait pas souhaiter leur malheur pour un sous.

Ainsi donc, il s'appelait Noriaki. C'était original. Non, disons plutôt qu'il n'entendait pas ça partout et ce n'était pas plus mal. C'était cool les gens qui se démarquaient du lot. Il esquissa un faible sourire.


- T'as un surnom ? Aki, c'est bien. Parce que ton prénom et le mien, ça fait Noriakino. Du coup, ça sonne mieux Aki.

Quand Noriaki frissonna, il le vit sans problème. Les Humains agissaient de manière étrange et démesuré. Certes, il en avait aussi était un. Mais c'était il y a tellement longtemps qu'il ne se souvenait plus de son comportement à cette époque-là. Sur le fond, il devait pas trop avoir changé. Enfin, c'est ce qu'il espérait. Plongé dans ses pensées, il ne fit pas très attention à l'état de Noriaki quand il lui demanda s'il était un vampire. Pour une raison inconnue, il fut très heureux même. Il sauta de son lit, s'accroupit juste devant Aki et lui montra fièrement ses canines.

- Elles sont belles, hein ? J'en prends bien soin. Mais t'en fais pas ! J'ai déjà mangé !

Il se leva et se jeta prestement sur son matelas, une main sur son ventre, et l'autre pour l'empêcher de basculer. Il ne se rendit pas encore compte de la terreur qu'avait eu Noriaki. Et petit à petit, cette constatation prit place dans son esprit...

- Je suis même à la limite d'exploser.

... Avant que ça fasse tilt. Il se figea presque sur place quand il comprit. Kino n'était pas méchant et n'avait certainement pas envie que son camarade de chambre ait peur de lui ou tente de le tuer. Et il aurait bien du mal, s'il voulait essayer. Pas de temps pour les bêtises ! Il venait de faire une belle bourde.

- Enfin, je suis pas méchant, tu vois. Je peins, je dessine, je cours, je dors, je fais toutes ces choses-là. ET si ça peut te rassure, je préfère le groupe le plus délicieux, mais le plus rare : les B moins.

Il se lécha les lèvres, l'eau à la bouche.

- Hum... Un vrai délice.

Crotte. Il sauta du lit et dévisagea la chambre, lui tournant le dos. Autant changer du sujet. Il en voulait pas que la situation s’envenime.

- Ah, mais quel bazar ici ! Qu'est-ce que tu as fait à cette chambre ?
Invité
Invité
avatar
Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino) ••• Ven 7 Sep 2012 - 18:57
Noriaki était de plus en plus nerveux face à l’attitude du jeune homme en face de lui. Il parlait beaucoup et était si expressif, que ça faisait beaucoup à emmagasiner pour le jeune garçon timide qui avait passé presque toute son adolescence, loin du monde, enfermé chez lui. Il se contraint à ne pas pleurer, même si ses yeux lui piquaient un peu. Quand Kino lui dévoila ses crocs, il ne put s’empêcher de se reculer, vraiment terrifié. Les poings serrés contre les cuisses, il essayait de balayer la panique qui l’empêchait de comprendre les mots qu’il prononçait. Petit à petit, l’information monta à son cerveau, et il réussit à dire, bégayant :

- T..Tu n’es pas méchant….

Soulagement. Même si ça ne se voyait pas tout de suite. Noriaki croyait le jeune homme. D’ailleurs, il croyait tout ce qu’on disait en général, parce que lui même ne savait pas mentir. C’est pour cela, qu’un soupir s’échappa de ses lèvres. Il se détendit petit à petit. Même si les détails sur l’alimentation de son compagnon de chambre le troublait un peu, il préféra les ignorer. S’il continuait à rester dans cet état de stress permanent, il sentait que les autres allaient se manifester, et il ne voulait pas passer pour un « dingue ». Ca finirait sûrement par arriver, mais il ne voulait pas que cela se passe dès la première conversation avec Kino.
Il piqua un fard quand celui ci évoqua l’état de la chambre :

- Pardon ,s’empêcha de s’excuser, je ..je vais arranger ça tout de suite.

Il se leva aussitôt, oubliant qu’il ne portait qu’un t-shirt, et s’empressa de ranger ce qui traînait par terre. Sa main droite était encore un peu douloureuse, à cause du coup que Yamato avait fait dans le mur dès son arrivée. Il épousseta Monsieur Nounours, sa peluche qui traînait sur le sol, mit les vêtements dans l’armoire, essaya de camoufler le bazar illico. Puis il buga devant l’image sur le mur qu’un de ces alter ego avait sûrement du tracer. Un petit bonhomme avec des flèches au dessus de lui, au bout desquelles étaient marqués leurs noms : Noriaki, Hiroko, Misaki et Yamato…
Nori se tourna timidement vers Kino…

- J..je..préfère te le dire tout de suite…sinon tu vas mal le prendre….Je…souffre de dédoublement de la personnalités, alors si j’agis bizarrement…ne te fâches pas trop, s’il te plait…
Invité
Invité
avatar
Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino) •••
Contenu sponsorisé

Infos

Dossier
Contact


Afficher le profil
Envoyer un message privé
Envoyer un email

Revenir en haut Aller en bas
Ta chambre...notre chambre ? ( PV Kino)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Chambre 428
» Une journée du roi Louis 14
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IROKE HOSPITAL  :: 
hors-jeu
&pub
 :: Les Archives
-